Au milieu des soucis apostoliques, saint Paul exhortait ainsi : « Un temps viendra où l'on ne supportera plus l'enseignement solide, mais, au gré de leur caprice, les gens iront chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d'entendre du nouveau. Ils refuseront d'entendre la Vérité pour se tourner vers des récits mythologiques » (2 Tm 4, 3-4). Conscients du grand réalisme de ses prévisions, avec humilité et persévérance vous vous efforcez de correspondre à ses recommandations : « Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps avec une grande patience et avec le souci d'instruire » (2 Tm 4, 2).
(Benoît XVI, discours aux Évêques de France réunis dans l'hémicycle Sainte-Bernadette, à Lourdes, le dimanche 14 septembre 2008).

"Rien n'est voilé qui ne sera dévoilé, et rien n'est secret qui ne sera connu" (Jésus, Mt 10, 26).

Pastorale Nouvelles Croyances
et Dérives Sectaires 72

Menu

Diverses réflexions sur les dérives sectaires intra-ecclésiales


Déjà en 1996 : Les Naufragés de l'Esprit

Les sectes et le bon sens (P. Longenecker)

Abus spirituels et sexuels

Comment détecter les abus psychiques et spirituels dans une Communauté religieuse ? (Sr Rita)

Des critères prudentiels (Cal Turcotte, 1994)

Vingt signaux avertisseurs de problèmes dans les nouveaux groupes religieux  (original anglais)

Groupe sain et groupe malade (A. Godin, s.j., 1961)

Le charisme originaire et le droit d'association dans l'Église (L. Gerosa, 1992)

Une grille de lecture des dérives intra-ecclésiales  (Sr C. Sorlin, 2014)

Le mélange du for interne et du for externe...

L'incarnation, boussole de la vraie spiritualité

Sectarisme et ignorance (fabriquée, maintenue, manipulée)

L'argument des bons fruits

Pastorale vocationnelle et facteur temps

Nouveaux mouvements ecclésiaux, communautés nouvelles, vie communautaire...

Tolérance zéro

Reconnaissance des victimes et nécessaire réparation

Je ne crois pas que les choses aient beaucoup changé (Yves Hamant, dans La Vie 21/03/16)

L'avis d'une victimologue

Mécanisme du silence et dérives sectaires


J’ai cru pendant de longues années que, pour que la vérité éclate, il fallait s’adresser aux évêques. Le dispositif mis en place par l’Église catholique avec ces « administrateurs apostoliques», ces « délégués pontificaux », ces préfets ou secrétaires de « congrégations » ou de « dicastères » me paraissait une machine impressionnante. La seule capable de broyer les dérives, d’assainir une communauté déviante, de faire plier des supérieures récalcitrantes et de rendre justice aux victimes.

Je sais aujourd’hui que cette machine est une usine à gaz, un système qui éparpille les responsabilités, qui tend toujours à éviter le scandale. D’ailleurs, les évêques manient une arme qu’utilisaient déjà mes anciennes supérieures : le détournement du langage. Leurs mots camouflent les dérives sous un chapelet de termes abscons, canoniques ou spirituels, qui érigent autour des victimes une prison aux murs épais. J’ai mis du temps à m’en rendre compte, mais témoigner auprès d’un évêque, c’est comme hurler dans une pièce insonorisée. Je leur parlais de mensonge et de manipulation, ils traduisaient par « des atteintes graves à la discipline ecclésiastique ». J’essayais de leur expliquer l’emprise que j’avais subie, et qui chez d’autres avait mené à des dépressions ou des suicides, ils reformulaient par « des fragilités», « conduisant à des départs qui blessent durablement les personnes ». Même lorsque d’autres témoins révélaient que le père ou des frères avaient entretenu des relations sexuelles dans le cadre d’un accompagnement spirituel, avec des personnes parfois en situation de faiblesse, cela devenait de simples « gestes contraires à la chasteté ».


(...) Mais les victimes, pour autant qu’elles aient encore une quelconque illusion sur la capacité de réforme de l’Église catholique, n’attendent pas d’elle de creux discours, ni même une oreille attentive et compatissante. Elles réclament de l’institution une parole claire, directe, explicite, sans conditionnel, sans euphémisme, sans référence spirituelle atténuant la réalité des dérives. Et qu’elle agisse à la mesure de ses paroles, n’hésitant pas à se couper de ses membres gangrenés en obéissance au Christ qui proclame dans les Évangiles : «Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’on le jette à la mer. Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle que de t’en aller dans la géhenne avec tes deux mains, là où le feu ne s’éteint pas » (Marc 9,42‑43).

(Marie-Laure Janssens, Le Silence de la Vierge)



Retour à la page : Dérives sectaires dans l'Église ?


Haut de la page


http://pncds72.free.fr

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!